Investir dans les bois et forêts

Investir dans les bois et forêts

1024 964 Guillaume Lucchini

PAR Guillaume Lucchini / 11 Déc. 2014

Investir dans les bois et forêts

Avec plus de 3,5 millions de Français déjà propriétaires d’un bois ou d’une forêt, le placement forestier attire et convainc les investisseurs. Il permet de diversifier son patrimoine, de générer un complément de revenu et, surtout, de bénéficier d’un avantage fiscal extrêmement intéressant (depuis les tempêtes de 1999, l’Etat encourage l’activité forestière et la gestion pérenne du patrimoine naturel national.

Ce qu’il faut savoir :

  • La biomasse forestière est jugée comme la filière clé pour répondre aux enjeux climatiques et aux objectifs de production d’énergie renouvelable (sur les marchés, les biocombustibles sont très dynamiques et le prix de l’hectare de forêt s’est envolé ces dernières années).
  • La détention d’actifs forestiers constitue pour les particuliers un placement concret et moins sensible aux fluctuations boursières. Plusieurs possibilités pour investir dans les bois et forêts :
    • Devenir directement propriétaire d’un bois et d’une forêt (nécessité de faire appel à un professionnel)
    • Devenir associé dans un Groupement Foncier Forestier (GFF), option qui offre un confort de gestion.
    • Souscrire à une Société d’Epargne Forestière (SEF) : réglementée par l’AMF, la SEF a pour objet principal l’acquisition et la gestion d’un patrimoine forestier (fonctionnement similaire à celui des SCPI)
  • Rendement d’un investissement en direct = environ 3 à 4 % par an (moins élevé en cas de GFF)
  • Nécessité de se protéger contre certains risques (incendie, tempête…) : pour favoriser l’assurance des forêts françaises, la loi de finance rectificative de 2013 a institué le Compte d’Investissement Forestier et d’Assurance (CIFA) qui permet à toute personne physique, GFF ou SEF possédant des bois, de se constituer, auprès d’un établissement financier ou d’assurance, une épargne en cas de catastrophe naturelle. Les sommes versées sur le CIFA sont à 75% exonérées d’ISF et de droits de mutation.

Fiscalité :

  • Exonération d’ISF à hauteur de 75% de la valeur du bien détenu si les propriétaires s’engagent à un régime d’exploitation normale durant 30 ans. Idem pour les parts de GFF, sous réserve d’un délai de détention de 2 ans minimum. Comme biens professionnels, les bois et forêts sont totalement exonérés d’ISF.
  • Donations et successions avantagées : exonération à 75% des droits de mutations à condition de présenter une garantie de gestion durable. Les héritiers doivent s’engager aussi à un régime d’exploitation normale pendant 30 ans (Autre possibilité : les droits de mutation peuvent être payés, sur autorisation, en livrant à l’Etat des bois et forêts)
  • Avec le Dispositif d’Encouragement Fiscal à l’Investissement en Forêt (DEFI Forêt), réduction d’impôt sur la période s’étendant de 2014 à 2017. Celle-ci est égale à 18% des sommes investies (limite = 5700€ pour une personne seule et 11400€ pour un couple). Pour en bénéficier, l’investisseur doit s’engager à conserver les terrains pendant 15ans. L’acquisition de parts d’un GFF octroie les mêmes avantages.
  • Crédit d’impôt pour les travaux forestiers réalisés entre le 1/01/2014 et le 31/12/2017. Montant = 18% des dépenses dans la limite de 6250€ pour une personne seule, 12500€ pour un couple sous condition de conserver les parcelles pendant 8ans (la fraction dépassant ce seuil est reportable pendant 4ans)

Télécharger la fiche logo-pdf