Les marchés financiers prouvent une nouvelle fois leur dépendance aux décisions des banques centrales.

Le rendez-vous des marchés financiers - Juillet 2022

Les points clés sur les marchés financiers

  • Les craintes d’une récession aux États-Unis s’amplifient. La confiance des consommateurs s’érode alors que l’inflation bat des records ;
  • Le risque d'une pénurie de gaz en Europe et le retard pris par la BCE vis-à-vis de la FED sur sa politique de normalisation monétaire amènent les investisseurs à se détourner de la monnaie unique européenne. L’Euro est d’ailleurs tombé sous les 1,02 dollar ;
  • La croissance française ralentit dangereusement. La Banque de France a réduit sa prévision de croissance de 2,8 % à 2,3 % en 2022 et n’écarte pas le scénario d’une récession en 2023.

Marchés financiers : le pire semestre depuis 50 ans

Le premier semestre 2022 n’a pas été de tout repos sur les marchés financiers. C’est même le pire depuis près de 50 ans. Une situation d’autant plus difficile que les investisseurs n’ont pas pu profiter de la protection offerte par les marchés obligataires, eux aussi durement touchés. Les craintes liées à l’inflation et la politique de resserrement monétaire des Banques Centrales pèsent, en effet, encore sur le moral des investisseurs. L’Asie, plus particulièrement le Japon, jouit cependant d’une surperformance vis-à-vis des pays occidentaux qui peut s'expliquer par des craintes inflationnistes moindres et des politiques monétaires plus accommodantes.

Performance des principaux indices pour le mois de juin et depuis le début de l’année civile :

- Europe -8.1% sur le mois de juin, -10% YTD

- Marchés émergents -4.3% sur le mois de juin, -5% YTD

- États-Unis : -6% sur le mois de juin, -16% YTD

- Japon -5.6% sur le mois de juin, -3.7% YTD

- Obligation euro : -2.3% sur le mois de juin, -9.5% YTD

- Obligation US : 0.9% sur le mois de juin, -6.9% YTD

Enfin, depuis leur plus haut historique, les cryptomonnaies ont vu leur capitalisation globale baisser de 75%, ce qui pourrait représenter un point d’entrée intéressant pour certaines d’entre elles, dans une optique d’investissement à long terme. Nous vous conseillons cependant de faire preuve d’une extrême prudence sur cet univers d’investissement, avant tout réservé aux initiés. Il est, en effet, essentiel d’en comprendre les fondamentaux et d’en percevoir les principaux enjeux avant d’investir sur ces actifs.

L’économie américaine se grippe 

Pour ceux qui l’avaient oublié, Jerome Powell a tenu à rappeler la priorité de la Réserve fédérale américaine (FED) : maîtriser l'inflation et assurer la stabilité des prix. Suivant cette mission à la lettre, le président de l’institution américaine a décidé de mettre un gros coup de frein à l’économie US. En réponse à une inflation qui s’est établie à 8,6% sur un an, la Réserve fédérale américaine a remonté ses taux d'intérêt à la mi-juin, de 0,75 point.

Et maintenant ? Les analystes anticipent plusieurs augmentations pour amener les taux jusqu’à 3,4% l’année prochaine, contre 1,75% actuellement. Mais entre la théorie et la pratique, il y a parfois un monde. Plusieurs obstacles pourraient venir se dresser sur le chemin de la Réserve fédérale américaine.

Le premier porte sur la croissance américaine. La crainte de voir son économie plonger dans une récession prend de l’ampleur. Au cours du premier trimestre de l’année, le PIB américain a reculé de 1,6%. Pour l’instant, Bloomberg évalue à 38 % les risques de récession en 2023 …

Le second obstacle pourrait venir du moral des consommateurs. Comment vont-ils réagir à la détérioration du contexte économique ? Entre les pressions inflationnistes, la hausse des prix de l’essence et une chute des indices boursiers, les sources d’inquiétudes ne manquent pas. Malheureusement, les dernières enquêtes publiées laissent présager des lendemains qui déchantent. Selon l'Université du Michigan, l’indice de confiance des consommateurs s’est nettement détérioré en juin, avec une chute de 14% par rapport à mai.

Autre mauvaise nouvelle, le marché immobilier commence - lui aussi - à subir les contrecoups de cette politique monétaire, avec un ralentissement significatif. Toutefois, à ce stade, la FED semble accepter les dommages collatéraux provoqués par la remontée des taux.

La Chine desserre l’étau 

La politique sanitaire radicale mise en œuvre par les autorités chinoises a mis à mal la patience de la population. Excédés par les multiples confinements qui se sont succédé, les 25 millions d’habitants de la ville de Shanghai ont protesté …. en frappant leurs casseroles aux fenêtres.  Mais c’est bien en raison de la moindre dangerosité des nouveaux variants du Covid-19, que les dirigeants du pays ont décidé d’assouplir légèrement leur politique sanitaire.

Une levée des mesures de confinement salutaire qui devrait permettre de libérer les chaines d’approvisionnements et de soulager, en partie, l’inflation. Les premiers signes d’une reprise économique sont d’ailleurs déjà visibles, comme en témoigne la bonne orientation des PMI (indices d’activité).

Les autorités sont toutefois bien conscientes que leur politique « zéro covid » a fragilisé le tissu économique du pays. Elles vont donc intensifier leurs efforts pour accélérer la mise en œuvre d’un programme de relance économique. Le ministère chinois des Finances va même financer de nouvelles dépenses d’infrastructures pour un montant proche de 220 milliards de dollars.

L’Europe paye sa dépendance aux matières premières russes

Près de 140 jours après le début du conflit armé opposant la Russie et l’Ukraine, les forces russes continuent tant bien que mal leur progression dans la région du Donbass. La prochaine cible des hommes de Vladimir Poutine serait la ville de Sloviansk, où d’intenses bombardements ont lieu actuellement.

Sur le plan humain et économique, la situation de l'Ukraine est dramatique. Le pays a déjà perdu « un quart de ses terres cultivables ». Le coût de la reconstruction du pays est aujourd’hui estimé à au moins 750 milliards de dollars par le Premier ministre ukrainien, Denys Chmyhal. Et ce bilan est très probablement provisoire. Vladimir Poutine ayant encore remis de l’huile sur le feu, en affirmant que la Russie n’avait « pas encore commencé les choses sérieuses » en Ukraine.

La guerre a des conséquences directes sur l’économie du vieux continent. Prix des matières premières en hausse, difficulté d’approvisionnement en gaz et en pétrole, le cocktail est détonant et participe aux poussées inflationnistes. La Banque Centrale Européenne (BCE) marche donc sur des œufs, tiraillée entre la nécessité de lutter contre les pressions inflationnistes et de ne pas fragiliser la (faible) croissance. L’institution dirigée par Christine Lagarde a fait le choix d’adopter un rythme de hausse des taux d’intérêt bien moins élevé que la Fed.

Cette pusillanimité s’explique notamment par les fragilités économiques de la zone euro. L’Allemagne, leader économique de la région, est ainsi entrée en déficit commercial pour la première fois depuis 1991.

La monnaie unique européenne est, elle aussi, attaquée. Le risque d'une pénurie de gaz dans la zone euro amène ainsi les investisseurs à s’en détourner. Selon plusieurs analystes, il y a désormais 60% de chance que l’euro atteigne la parité avec le dollar, ce qui serait une première depuis plus de 20 ans.

L'économie française déçoit 

En France, l’économie nationale continue de décevoir. Dans son dernier rapport sur l’état de l’économie française, la Banque de France a revu en très nette baisse ses prévisions de croissance. L’institution table désormais sur une croissance de 2,3 % du PIB national en 2022, contre 2,8 % initialement. En 2023, la croissance du PIB serait de + 1,2 % en moyenne, du fait d’une certaine persistance des chocs actuels. La Banque de France n’écarte toutefois pas le scénario d’une récession l'an prochain.

Par ailleurs, l’inflation continue de poser des problèmes. Selon l’Insee, la hausse des prix à la consommation a atteint + 5,8 % en juin sur un an, contre +5,2% en mai.

De l’autre côté de la Manche, la multiplication des démissions au sein du gouvernement de Boris Johnson l'a lui-même poussé à démissionner de la tête du parti conservateur, prélude à un départ du 10 Downing Street. Les nombreux scandales et polémiques au cours des derniers moins avaient rendu son maintien à la tête du gouvernement britannique quasiment intenable. Le premier ministre britannique attend désormais qu’un remplaçant soit nommé par son parti.

Vers une hausse de la production de pétrole ?

Sous l’impulsion de l’Europe et des États-Unis, de nombreux pays se sont mis d’accord pour sanctionner la Russie. Parmi les décisions prises, celles de réduire drastiquement les importations de pétrole et de gaz Russe ont des incidences économiques très concrètes. Résultat, les prix de l’essence et du gaz explosent. Hélas, les options pour les remplacer ne sont pas légion. L’une des solutions pourrait être de négocier avec L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) une hausse de leur production. Bien que cette coalition se soit engagée à revenir à sa production appliquée avant la crise du covid-19, soit 9.7 millions de barils par jour, peu de membres (hormis l’Arabie Saoudite et les Emirats-Arabe-Unis) tiennent aujourd’hui leurs engagements.

De plus, les exportations de la Libye sont à un tiers du niveau de leur niveau habituel. La crise politique ayant provoqué la suspension des expéditions des deux plus grands ports du pays. À ce stade, une baisse des prix du pétrole viendrait donc probablement d’une baisse de la demande.

Les convictions de Scala Patrimoine sur les marchés financiers

Les crises géopolitiques ont souvent eu un impact brutal, mais relativement court sur les marchés financiers et il est important de ne pas céder à la panique. Une approche constructive consiste à diversifier ses investissements et à identifier des thèmes crédibles à long terme, en évitant les comportements dictés par la peur. La croissance asiatique et les thèmes d'investissement ESG pourraient, à notre sens, offrir de plus grandes opportunités après la récente baisse des marchés financiers. Nous avons ainsi intégré dans nos portefeuilles des investissements sur la thématique de l’eau et du bois mais aussi pris des positions sur la robotisation et la digitalisation.

À cause de la crainte de l’inflation et de la hausse des taux, nous pensons que les produits de taux protégeront moins les portefeuilles.

Enfin, nous conservons une allocation aux investissements alternatifs pour 30% du portefeuille. Nous nous sommes à cet effet positionnés sur des fonds Long/Short neutres aux marchés, sur des fonds de stratégies décorrélées des marchés financiers (fusions/acquisitions, fonds de performances absolues) et sur l’inflation que nous renforçons progressivement. La dette privée et le private equity offrent aussi de belles opportunités sur le long terme, à condition d'être sélectif.

Nous pensons continuer à prendre des expositions sur les marchés financiers afin de profiter des points d’entrée. Après la forte baisse de ce début d’année, il sera nécessaire de sélectionner avec soins les régions et secteurs les mieux à même à rebondir. Afin de limiter les risques, nous augmenterons au fur et à mesure les expositions si nous jugeons que des opportunités existent.


Guillaume Lucchini et Sarah Menoud ont représenté Scala Patrimoine lors de la rencontre Occur

Scala Patrimoine remporte le Prix des Choix de la Rencontre d’Occur

Le 9 juin dernier a eu lieu "La Rencontre Occur"*, réunissant plus de 250 professionnels. Un événement qui s’est déroulé dans un cadre idyllique, au Chalet des Iles, en plein cœur du Bois de Boulogne. Un lieu chargé d’histoire, très en vogue au début du XXe siècle, où se déplaçait le tout Paris de la Belle époque. Un lieu de culture et d’idées également. D’illustres auteurs, comme Marcel Proust ou Emile Zola, venaient, en effet, y partager leurs convictions.

Un jury composé d’entrepreneurs et d‘investisseurs privés

Près d’un siècle plus tard, ce sont les acteurs de la gestion de patrimoine qui s'y sont retrouvés. À cette occasion, Occur a organisé les « Choix de la Rencontre », récompensant les meilleurs acteurs du métier.

Scala Patrimoine a eu l’honneur d’être récompensé dans la catégorie « Conseil en gestion de patrimoine ».

Stéphane Fragues, le fondateur d’Occur, a remis le trophée à Guillaume Lucchini, Associé-Fondateur de Scala Patrimoine et Sarah Menoud, Directrice Générale de Scala Mécénat qui avaient présenté le cabinet aux membres du jury lors d’un grand oral, le matin même.

Scala Patrimoine a été récompensé par un jury composé d'entrepreneurs et d'investisseurs privés.

Indépendance & éthique

En faisant ce choix, le Jury - composé d'entrepreneurs et d'investisseurs privés - a souhaité mettre en avant :

- notre modèle économique disruptif et éthique ;
- notre indépendance, notre transparence et notre engagement responsable ;
- la cohérence totale de notre modèle financier, 100 % en honoraires de conseil ;
- notre développement, tourné vers des enjeux d'avenir.

Nous profitons de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement les membres du Jury pour cette récompense. Mais aussi l’ensemble des équipes d’Occur pour l’organisation de ce très bel événement et nos clients pour la confiance qu’ils nous accordent depuis tant d’années.

Nous tenons également à associer toutes nos équipes à cette récompense.

Les réactions de Guillaume Lucchini et de Sarah Menoud

Guillaume Lucchini, Associé-Fondateur de Scala Patrimoine :

« Après avoir été primé à de nombreuses reprises par des experts de la gestion de patrimoine, ce trophée présente une symbolique très forte à nos yeux, car il nous a été remis par un jury composé d’investisseurs privés et d’entrepreneurs.  Cette récompense vient également mettre en lumière les valeurs sur lesquelles nous avons construit Scala Patrimoine : la transparence et l’engagement sociétal.

La transparence, car en choisissant de créer un cabinet indépendant, au sens réglementaire, nous n’avons surement pas opté pour la voie la plus simple. À peine 5% des acteurs du marché du conseil en gestion de patrimoine ont d’ailleurs décidé d’épouser ce modèle économique. Mais c’est, à notre avis, le seul modèle qui place les clients au centre de toutes les attentions. Un modèle qui leur assure également un conseil totalement impartial, grâce à la facturation d’honoraires de conseil.

L’engagement sociétal, car nous avons à cœur de promouvoir une gestion de patrimoine responsable et solidaire et concilier performance et responsabilité. »

Sarah Menoud, Directrice Générale de Scala Mécénat :

« Comme l’a très bien souligné Guillaume, nous avons placé l’engagement sociétal au cœur de l’activité de Scala Patrimoine, et nous sommes très heureux de l’intérêt porté par les membres du jury à ces questions.

Il nous semble, en effet, aujourd’hui essentiel d’appréhender les enjeux patrimoniaux et philanthropiques de manière intégrée. C’est fort de cette conviction que nous souhaitons participer à la diffusion d’un mouvement global de philanthropie individuelle et collective et que nous accompagnons tous nos clients dans leurs volontés d'engagement auprès du monde associatif, mais également, auprès des acteurs de l'économie réelle qui ont notamment fait le choix de l'impact dans le cadre de leur objet social.

En réconciliant la générosité et le profit, nous pourrons ainsi favoriser l’émergence de véritables investisseurs-philanthropes recherchant l’impact social et/ou environnemental, en cohérence avec leurs valeurs. »

* Occur est le premier réseau social dédié à la gestion de patrimoine

La réglementation européenne va durcir le ton et obliger les conseillers patrimoniaux à soumettre leurs clients à un questionnaire sur leurs préférences ESG.

Investissement responsable : un nouveau questionnaire client

Placée à l’avant-garde du combat climatique, l’Union européenne veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ! Pour réussir cette transformation écologique, le vieux continent devra toutefois mobiliser d’immenses sommes d’argent ! Certaines études évaluent les besoins à 1 000 milliards d’euros par an, jusqu’en 2050. Canaliser l’épargne des ménages et les capitaux des institutionnels vers les entreprises les plus vertueuses est donc vital. C’est la raison pour laquelle les intermédiaires financiers seront bientôt obligés de proposer à leurs clients un questionnaire de préférence « ESG » et d’adapter leur portefeuille financier en fonction de ces résultats.

Moins d’1 Français sur 10 s’est déjà vu proposer un fonds responsable

Le Forum pour l’Investissement responsable (FIR)* a réalisé une enquête pour évaluer l’intérêt des Français vis-à-vis de la finance responsable. Les résultats sont particulièrement intéressants.

D’un côté, les épargnants montrent un fort intérêt pour l’investissement responsable. 6 Français sur 10 déclarent ainsi accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placement. Un Français sur deux a d'ailleurs la conviction qu’il pourra avoir un impact positif sur la société grâce à son épargne.

De l’autre, les offres en matière d’investissement socialement responsable (ISR) sont encore trop méconnues du grand public. Seulement 37% des Français affirment en avoir déjà entendu parler. Pire, seuls 8 % d’entre eux se sont déjà vu proposer de l’ISR.

Le constat est donc sans appel : malgré les envies des épargnants de participer à la construction d’un monde plus durable, les solutions d’investissement responsable leur sont insuffisamment proposées.

Investissement responsable : le conseiller en gestion de patrimoine en première ligne

Les institutions européennes ont bien conscience du rôle central que peuvent jouer les conseillers en gestion de patrimoine. Hélas, peu d’intermédiaires financiers (conseillers en gestion de patrimoine, banques, family-offices, sociétés de gestion …) sont aujourd’hui imprégnés des sujets d'investissements durables. La Commission Européenne a donc pris une série de mesures pour amener les conseillers à mieux les appréhender et, par ricochet, à faire connaitre les offres ISR à leurs clients.

  • Un nouveau questionnaire adressé aux clients

Dès les premiers échanges, les professionnels de la gestion de patrimoine sont dans l'obligation d'adresser à leurs clients un «questionnaire spécifique»**. Celui-ci ayant notamment pour objectif de bien cerner leur profil de risque et de veiller à leur adéquation avec les placements recommandés. Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) vont prochainement en devenir l'un des piliers fondamentaux. À partir du 1er janvier 2023, les conseillers devront donc évaluer les préférences ESG des investisseurs.

En pratique, la directive MiF II veut contraindre les intermédiaires à mieux se former aux sujets liés à l’investissement responsable. C’est un véritable changement de paradigme. Si leur client montre des préférences en matière de durabilité, le conseiller sera, en effet, dans l’obligation de proposer de solutions d’investissement adaptées à ces besoins.

  • Créer un moment d’échange autour de l’investissement responsable

Mis à jour régulièrement, ce questionnaire aura trois vertus.

D’une part, sensibiliser les épargnants aux enjeux liés à l’environnement, aux problématiques sociales en entreprise (diversité, formation, conditions de travail …) et de gouvernance (transparence de la rémunération des dirigeants, la lutte contre la corruption …) ;

D’autre part, amener le conseiller à comprendre la stratégie ESG souhaitée par son client, en identifiant ses convictions et ses priorités ;

Et enfin, aider le client à formaliser ses attentes et appliquer ses convictions dans son allocation d’actifs.

L’œil de Scala Patrimoine

Les conseillers financiers doivent jouer un rôle moteur dans le financement de la protection de l'environnement. La vague d’investissement en faveur de la transition climatique qui s’annonce représente également des opportunités de placements historiques, pour accompagner les plus grands groupes dans leur transformation, mais aussi pour financer les entreprises innovantes.

Dans la continuité de nos actions pour proposer à nos clients une allocation ISR et des solutions d’investissement durable, nous avons lancé le fonds Scala Conviction Environnement, avec Ecofi, dédié à la transition climatique.

* Association regroupant un ensemble d’acteurs de la gestion d’actifs, 
**L’expérience et les connaissances ; La situation financière et sa capacité à supporter les pertes ; La tolérance au risque ; Les objectifs d’investissement et Les préférences ESG.