Les Sofica permettent le financement du cinéma français

A. Stehlé : «Le cinéma français doit se réinventer»

Créées dans les années 80, les Sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (Sofica) font partie intégrante du système économique du cinéma français. En moyenne, elles apportent 5 % à 10 % du budget d’une œuvre. Antoine Stehlé, Directeur Financier de bathysphere productions, nous explique plus en détail le fonctionnement des Sofica et les enjeux qui entourent le secteur audiovisuel.

Scala Patrimoine. Pouvez-vous nous présenter en quelques mots les activités de bathysphere ?

bathysphere est une société de production cinématographique créée en 2005. Nous travaillons sur des fictions et des documentaires destinés à une première exploitation au cinéma. Parmi nos principales œuvres figurent « Onoda – 10 000 Nuits dans la jungle » sorti en juillet 2021 après une première mondiale remarquée au Festival de Cannes, qui a été récompensé par le César du meilleur scénario, mais aussi « L’Eté nucléaire », « Louloute », « Wallay », « Contes de juillet », ou encore « Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête », ainsi que les documentaires « Makala », « Bovines ou la vraie vie des vaches », « L’Ile au trésor », « Alive in France » et « Pauline s’arrache ».

Scala Patrimoine. Comment une société de production finance-t-elle la réalisation d’un film ?

Le plus souvent, les films français sont financés grâce à des aides publiques, étatiques et régionales, et le soutien financier du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Ce dernier met en place de nombreux dispositifs pour encourager la production française (aides à l’écriture de scénario, aides au développement, aides à la production notamment l’Avance sur recettes…). Pour mener à bien le préfinancement de nos projets, nous pouvons aussi bénéficier d’à-valoir minimum garanti sur les recettes d’exploitation de la part des distributeurs. Certaines chaines de télévision préachètent également le film avant sa mise en tournage en échange d’une exclusivité dans la diffusion.

Évoquons, par ailleurs, le Crédit d’impôt sur l'IS dont le montant va notamment varier en fonction des dépenses effectuées en France. L’idée étant d’assurer la localisation des tournages dans l’hexagone. Enfin, des financements européens sont également possibles avec des fonds publics européens (Eurimages, MEDIA) ou des financements publics ou privés réunis par des producteurs européens dans leur propre territoire, ainsi que des financements de pays non européens tels que les États-Unis, le Japon ou la Chine.

 

« Les Sofica interviennent soit en apport en développement, soit en apport en production»

 

Scala Patrimoine. Quelle place occupent les Sofica dans le financement de l’industrie du cinéma ? Que financent-elles concrètement ?

Elles interviennent de deux manières :

- soit « en apport en développement ». Dans ce cas, le producteur les remboursera intégralement lors de la mise en production avec des intérêts.

- soit « en apport en production ». La Sofica bénéficie alors d’une partie des recettes du film pour récupérer son investissement majoré d’une prime. La prise de risque est plus grande, car ces recettes demeurent hypothétiques, mais plus rémunératrices en cas de succès d’exploitation. Pour maximiser son retour sur investissement, la Sofica bénéficie d’une part importante des premières recettes générées par l’exploitation du film, prioritairement aux autres investisseurs publics et privés.

Dans tous les cas, elles apportent, en moyenne, 5 % à 10 % du budget d’une œuvre.

Scala Patrimoine. Leurs interventions s’inscrivent-elles dans le temps ?

bathysphere se positionne essentiellement sur des films d’Art et d’Essai avec une volonté de soutenir des auteurs émergents et d’autres, déjà bien installés. Des liens forts se sont tissés avec plusieurs Soficas. Ces structures connaissent désormais notre positionnement et notre manière de travailler. Ceci est d’autant plus appréciable que nous sommes en forte croissance depuis 7 ans et qu’il est toujours rassurant de pouvoir s’appuyer sur des partenaires fidèles.

 

« Il y a une concurrence plus importante entre les plateformes de streaming et les salles de cinéma »

 

Scala Patrimoine. Jusqu’où peut aller leur intervention ?

Certaines Soficas nous accompagnent régulièrement, car elles s’intéressent à la même typologie de films que nous, elles ont un historique sur nos succès passés et peuvent se projeter sur nos prochains projets. Elles sont, par exemple, en capacité de nous accompagner dans l’écriture de nos œuvres. Il faut bien comprendre que la production d’un film s’inscrit dans un temps très long. Entre la période d’écriture, la structuration du financement et la production, il peut s’écouler jusqu’à 8 ans. Notre partenariat, que nous renouvelons de projet en projet, a donc vocation à s’inscrire sur le long terme.

Scala Patrimoine. Certaines de vos productions ont-elles bénéficié de financements spécifiques ?

Le film de guerre « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle » a été produit par des sociétés de plusieurs pays : France, Allemagne, Belgique, Italie, Japon et Cambodge. Nous avons donc obtenu des financements internationaux. Le film a reçu l’appui du Fonds culturel du Conseil de l'Europe, Eurimages, et de coproducteurs étrangers. Parmi eux figurent une région allemande, des groupes audiovisuels italiens et belges, mais aussi japonais avec un apport en coproduction et en equity. D’autres longs métrages ont aussi pu bénéficier de financements plus atypiques. Ce fut le cas pour le film « Contes de juillet », coproduit avec le Conservatoire National Supérieur d'Art dramatique.

 

« La France est le pays européen qui produit le plus d’œuvres cinématographiques »

 

Scala Patrimoine. Quelles ont été les conséquences de la crise covid pour le cinéma français ?

On ne peut pas nier qu’il y ait une concurrence plus importante entre les plateformes de streaming et les salles de cinéma. La chronologie des médias s’en trouve dès lors plus resserrée, avec des fenêtres de diffusion plus courtes. L’ensemble des parties prenantes doivent donc réfléchir à une production de film valorisable sur toutes les chaines de valeurs.

De notre côté, nous avons fait le choix de nourrir l’engouement des spectateurs pour des films à caractère exceptionnel. C’est-à-dire de mener à bien des projets apportant une vraie plus-value aux spectateurs qui se rendent dans les salles de cinéma. Ce fut notamment le cas pour le film « Onoda- 10 000 Nuits dans la jungle » dont la durée (3 heures) a été souhaitée pour que le public puisse ressentir, dans la salle de cinéma, les effets de la jungle sur une trentaine d’années. On veut proposer des œuvres qui donnent envie de se rendre dans les salles obscures. Cette stratégie demande toutefois plus de temps pour bien choisir le projet, les auteurs et réussir le développement.

Scala Patrimoine. Quelles sont les conséquences sur le financement de vos œuvres ?

Cela demande des moyens financiers supplémentaires, notamment concernant les besoins en fonds de roulement. Heureusement, avec les aides de l’État et du CNC, nous avons pu nous constituer des besoins en fonds de roulement suffisants.

Scala Patrimoine. Quelles sont les forces et faiblesses de l’industrie audiovisuelle française ?

La France est le pays européen qui produit le plus d’œuvres cinématographiques. Nous avons un réel savoir-faire dans le domaine, grâce à un maillage économique et territorial particulièrement performant. Et avec le Festival de Cannes, notre pays a la chance d’accueillir l’un des plus grands événements planétaires de la profession.

Notre système doit toutefois se réinventer pour être dans l’air du temps et donner envie au public de se déplacer dans les salles de cinéma malgré l'expansion des plateformes. Il y a donc un double enjeu : préserver cet écosystème, ce qui implique une concertation entre les différents acteurs publics et privés du secteur, mais aussi apporter un nouveau regard sur notre métier et les œuvres que nous produisons.


La famille du sportif doit aider à sécuriser l'écosystème de professionnels autour de lui.

Comment les sportifs de haut niveau gèrent-ils leur patrimoine ?

En 2019, le journal L’Équipe faisait sa Une sur une escroquerie aux investissements immobiliers de défiscalisation ayant touché de nombreux joueurs de football professionnels. À l’époque, cette affaire avait fait l’effet d’une « bombe » dans le monde sportif. Elle mettait en lumière la vulnérabilité de certains investisseurs face à des commerciaux mal intentionnés. Ces cas, loin d’être isolés, rappellent aussi douloureusement la nécessité pour les sportifs de se faire accompagner par des professionnels reconnus.

Une carrière courte

La carrière d’un sportif est très courte. Rares sont ceux qui arrivent à rester au sommet au-delà de leur 35e anniversaire. Bien gérer et sécuriser son patrimoine devient alors essentiel pour ces athlètes, avec l'idée de pouvoir aborder leur seconde vie professionnelle le plus sereinement possible.

« Ce n’est pas toujours évident pour un jeune sportif de haut niveau de s’intéresser à des questions d’argent. Son sport, sa passion, lui demande déjà beaucoup de temps et d’investissement. C’est pour cette raison qu’il faut très vite bien s'entourer » témoigne Maxime Marcelli, Associé du Département Sport de Scala Patrimoine et intervenant dans le Master 2 du Centre du Droit du Sport d'Aix-Marseille. Surtout que le risque de blessure ou d’accident est omniprésent.

« Malheureusement, la carrière d’un sportif de haut niveau peut s’interrompre à tout moment. Penser à l’après-carrière n’est pas une option. Se protéger financièrement contre les aléas de la vie et mettre à l’abri sa famille doit être une priorité » tient à ajouter Maxime Marcelli.

Un cercle de confiance essentiel pour les sportifs

Si la pépite du football français, Kylian Mbappé, brille sur les terrains, il gère aussi son patrimoine de manière avisée. Avec le soutien de sa famille, il a su s’entourer d’experts. Une approche particulièrement intéressante, reprise par de nombreux sportifs.

Un écosystème de professionnels reconnus

Depuis une dizaine d’années, sous l’impulsion de personnalités comme Tony Parker ou Kylian Mbappé, les familles des sportifs veillent à créer autour d’eux une communauté d’experts reconnus (agents sportifs, avocats, experts-comptables …). Une tendance confirmée par Guillaume Lucchini, fondateur du cabinet Scala Patrimoine et intervenant dans le Master 2 Droit du Sport de Lille : « La très grande professionnalisation des approches proposées par ces sportifs a fait des émules. Les familles et les agents qui nous sollicitent fédèrent une équipe de spécialistes dans des domaines périphériques du sport. » Avant d’ajouter : « L’accès à des conseils de haut niveau se fait de plus en plus tôt. L’idée étant de créer un cocon autour du sportif, et ainsi le protéger de toutes les affaires d’escroquerie, dont la presse, s’est fait l’écho ces dernières années. »

Éviter les conflits d’intérêts

Attirés par l’appât du gain et peu au fait des questions patrimoniales, certains interlocuteurs proposent des investissements pas toujours alignés avec les intérêts de leurs clients. Pour se prémunir de ces conflits d’intérêts, l’entourage du sportif de haut niveau veille à intégrer dans leur cercle de confiance des conseillers en gestion de patrimoine indépendants, rémunérés sous la forme d’honoraires. « Ce mode de rémunération ne présente que des avantages. D’une part, cela crée une relation de confiance très forte entre le sportif et son conseiller, car la rémunération de celui-ci sera totalement transparence. Et d’autre part, cela élimine tous les risques de conflits d’intérêts, car le Wealth Planner sera uniquement payé sur la qualité du conseil apporté, qu’importe le nombre et la nature des placements souscrits par le sportif » abonde ainsi Guillaume Lucchini.

Quels conseils apporter aux sportifs de haut niveau ?

La nature de ses revenus, la durée limitée de ses contrats et les risques pesant sur sa carrière conduisent les sportifs de haut niveau à gérer leur patrimoine de manière spécifique.

Le rôle clé de la famille

Pour les plus jeunes sportifs, la famille (ou les proches) joue un rôle clé. Comme le souligne Guillaume Lucchini : « c’est elle qui va structurer et sécuriser l’écosystème qui accompagnera l’athlète durant sa carrière. »

Le choix du conseiller en gestion de patrimoine indépendant s’avère à ce titre très important, car « son rôle s’étend bien au-delà de la carrière du joueur. Il sera toujours à ses côtés pour gérer, valoriser, pérenniser et préparer la transmission de son patrimoine à ses futurs héritiers » précise le Président de Scala Patrimoine avant d’appeler à la méfiance vis-à-vis « des personnes qui se montrent insistant auprès des familles. Le rôle du conseiller est de gérer la stratégie patrimoniale, et non de passer son temps au bord des terrains pour aborder les jeunes joueurs ».

Une approche globale

Un sportif de haut niveau peut être amené à gagner beaucoup d’argent, et cela très rapidement. Or, celui-ci n’a pas toujours les armes pour gérer un tel patrimoine. Cette matière demande, en effet, des compétences très étendues, sur le plan juridique, fiscal, patrimonial et financier qu’il faut savoir intégrer dans une approche globale. « L’entourage du sportif aura donc pour mission de fédérer un écosystème de professionnels capables de traiter chacune des problématiques rencontrées. L'avocat devra notamment gérer les droits à l’image ou la fiscalité internationale. L'agent se chargera de la négociation des contrats avec le club. Tandis que le Wealth Planner se concentrera sur les problématiques patrimoniales … » précise Maxime Marcelli.

Une gestion en bon père de famille

Les revenus des sportifs sont, dans la majorité des cas, perçus sur de très courtes durées. Pour valoriser leur patrimoine sur le long terme, les athlètes n’ont donc pas le droit à l’erreur.

« L’objectif premier est de sécuriser leur après carrière. Cette stratégie nécessite donc de réaliser des investissements en bon père de famille, notamment dans la pierre » témoigne Guillaume Lucchini. L’un des principaux enjeux étant de poser un cadre sécurisant, permettant ensuite, en fonction des objectifs, du profil du risque et des volontés du sportif d’investir sur une partie de son capital sur des actifs plus risqués (marchés financiers, private equity) ou des projets entrepreneuriaux (start-up, entreprise …).

Guillaume Lucchini revient sur les premiers investissements réalisés par les sportifs : « le plus souvent, la première étape repose sur l’achat de la résidence principale, pour lequel nous veillons à ne pas entrer dans un caractère ostentatoire. La deuxième étape sera de sécuriser la perception de revenus, notamment en cas d’arrêt brutal de la carrière. Cela peut, par exemple, passer par des investissements dans l’immobilier. Mais attention ! Nous privilégions la pierre dans l’ancien, en cœur de centre-ville. Mieux vaut se tenir à l’écart de certains investissements de défiscalisation sur lesquels les joueurs sont trop souvent sollicités pour réduire leur impôt. » Une situation qui rappelle ainsi les dangers dans lesquels peuvent tomber ceux qui souhaitent réduire leur impôt à tout prix ou céder aux sirènes de promesses de gains fantaisistes.

Bien gérer l’endettement des sportifs

Les difficultés financières rencontrées par des sportifs de haut niveau s’expliquent très souvent par un taux d’endettement trop élevé. Des problématiques notamment rencontrées lorsque les emprunts ont été réalisés sur des durées supérieures à celles du contrat du joueur. Hélas, à la fin d'une carrière sportive, la baisse de revenus ne permet plus au sportif de couvrir des charges aussi importantes.

« De nombreux commerciaux tentent de vendre des investissements immobiliers de défiscalisation pour toucher un maximum de commissions, en engageant les joueurs sur des durées supérieures à celles de leur contrat » prévient Guillaume Lucchini. « Or, le joueur doit veiller à faire coïncider la fin de la carrière et la fin de l’endettement, de manière à ne plus avoir à budgéter de remboursement lorsque les revenus baissent. »

Dans ce cadre, le conseiller patrimonial devra donc définir le reste à vivre confortable avec le client. Un travail qui ne pourra être concrétisé qu'en œuvrant main dans la main avec ses agents et ses avocats. Disposer d’une planification financière actualisée de ses nouveaux contrats étant indispensable.

« C’est tout l’intérêt d’être accompagné par un conseiller totalement indépendant, dont le rôle sera d’adapter en permanence la stratégie patrimoniale du sportif, en fonction du contexte salarial et de l’environnement économique » conclut le fondateur de Scala Patrimoine.


Les marchés financiers prouvent une nouvelle fois leur dépendance aux décisions des banques centrales.

Le rendez-vous des marchés financiers - Novembre 2022

Marchés financiers : les points clés

  • Les banquiers centraux poursuivent leur politique de hausse des taux. La BCE et la FED venant d’augmenter de 75 points de base leurs principaux taux directeurs.
  • Les entreprises du secteur de la tech américaine ont présenté des résultats trimestriels bien en deçà des attentes des investisseurs.
  • La réélection pour un nouveau mandat de Xi Jinping confirme la dérive autoritaire de l’exécutif chinois.
  • Au cours du mois d'octobre, les marchés financiers ont fortement rebondi.

Marchés financiers : les banques centrales gardent la main

Les marchés financiers se sont refait une belle santé en octobre. En France, le CAC 40 a clôturé le mois à + 8,75 % tandis qu’aux États-Unis, le S&P 500 s’envolait de 7,82 %. Globalement, l’optimisme prédomine donc chez les investisseurs. Ces derniers reprenant espoir dans un ralentissement de la politique de remontée des taux d’intérêt menée par les banques centrales.

Comment se sont comportés les principaux indices boursiers ?
L'évolution des marchés financiers - Octobre 2022

À l’inverse, les valeurs de la tech américaines et les marchés financiers émergents ne sont guère à la fête. Les premières ont annoncé des résultats trimestriels très décevants. Les seconds ont baissé de près de 2 %. Et que dire du Bitcoin ? Alors qu’il s’échangeait encore contre plus de 55 000 € en novembre 2021, son cours est aujourd’hui à peine supérieur à 20 000 €.

Géopolitique : une fin d’année sous haute tension ?

L’évolution des marchés financiers dépendra, en partie, de certains événements géopolitiques. Le conflit le plus important opposant bien évidemment l’Ukraine à la Russie. Tous les appels à la paix lancés jusqu’ici sont malheureusement restés lettre morte. Au Sud de l’Ukraine, dans la région de Kherson, les forces armées du pays poursuivent leurs actions militaires, visant notamment à neutraliser les infrastructures russes enjambant le Dniepr, l’un des fleuves les plus importants d’Europe.

Dans ce contexte particulièrement difficile, les principaux chefs d’État internationaux veulent éviter toute escalade. Même le ministre russe des Affaires étrangères a communiqué en ce sens en affirmant que « la principale priorité du pays était de prévenir tout affrontement entre puissances nucléaires ». Des propos qui n’ont cependant pas empêché les Russes d’accuser l’Angleterre d’être à l’origine des attaques contre des navires russes en mer Noire et des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique.

En Corée du Nord, la situation se tend également. Pyongyang a lancé une vingtaine de missiles dont l'un est tombé près des eaux territoriales sud-coréennes. C’est la première fois depuis la séparation de la péninsule, en 1953, qu’un missile franchit la ligne de limite du Nord. Séoul a logiquement riposté en lançant trois missiles vers la mer.

Enfin, ce ne sont pas les propos tenus par le Président chinois, lors du 20e Congrès du Parti communiste chinois, qui viendront rassurer les investisseurs. Xi Jinping ayant fait de la poursuite de l’unification avec Taïwan l’une de ses principales priorités. Si celui-ci privilégie, pour cela, la voie pacifique, l’homme fort du régime chinois a cependant refusé de renoncer à l’usage de la force au cas où Taïwan déclarerait son indépendance.

Détente sur les prix des matières premières

Le choc provoqué par le début de la guerre en Ukraine sur les marchés des matières premières est en train de se dissiper. Preuve en est, les cours des matières premières poursuivent leur baisse, alors même que l'Europe vient d’annoncer que ses stocks de gaz naturel étaient quasiment remplis et devraient permettre de répondre aux besoins hivernaux.

En Europe, le prix du gaz naturel est, par exemple, tombé sous les 100 € par megawatt heure, soit une baisse de 70% par rapport à son plus haut niveau atteint durant l’été. Son cours demeure toutefois en hausse de 40 % depuis le 1 er janvier.

Concernant l’Or noir, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+) a réduit son objectif de production de deux millions de barils par jour pour novembre. Le baril de pétrole Brent s'échange actuellement autour de 96 $, alors qu’il était encore de 124 $ en juin dernier.

Cette tendance peut-elle se poursuivre dans les mois à venir ? C’est fort possible, car dans le même temps la croissance mondiale ralentit. Les besoins en matières premières étant, de ce fait, moins importants.

La hausse des taux se poursuit

Les banques centrales continuent d’animer les marchés financiers. Chaque annonce, chaque rumeur, chaque bribe d'information est scrutée de près par les investisseurs. Si les banques centrales européennes et américaines poursuivent le même objectif : lutter contre l’inflation, elles doivent cependant composer avec un environnement économique bien différent. Bien malin qui pourra anticiper leurs décisions.

La BCE temporise déjà ?

Sur le vieux continent, l’inflation dérape. L’Union européenne payant notamment au prix fort sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. L'inflation a ainsi atteint le niveau record de 10,7% sur un an. À plus long terme, les économistes pensent même qu’elle devrait rester au-dessus de 2% … au moins jusqu’en 2024. Une fois n’est pas coutume, la France fait toutefois partie des moins mauvais élèves. Selon Eurostat, elle doit composer avec une hausse des prix de 6,2% sur un an, contre respectivement 10,9 % et 17,2% pour nos voisins allemands et hollandais.

Quoi qu’il en soit, cette hausse des prix fragilise dangereusement la consommation des ménages et la balance commerciale européenne. Dans ces conditions, la banque centrale européenne (BCE) n’avait pas d’autres solutions que de remonter ses taux d’intérêt. Elle a donc relevé, le 27 octobre dernier, une nouvelle fois ses taux directeurs de 0,75 %. Le principal taux de refinancement est désormais à 2%.

Dans une récente interview, François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France s’est confié sur l’action des banquiers centraux en soulignant que « sa boussole était l'inflation », tout en ajoutant « qu’une inflation trop élevée était mauvaise pour la croissance ». Est-ce à dire que les taux vont continuer à remonter au cours des prochains mois ? En réalité, rien n’est moins sûr !

Car dans le même temps, Christine Lagarde a temporisé, privilégiant une approche pragmatique « réunion par réunion ». La Présidente de la Banque centrale européenne évite ainsi soigneusement de s'engager à l'avance sur le rythme et la vitesse des futures hausses. Celle-ci craint, à raison, l'impact potentiel d'une récession. Il est vrai que les chiffres économiques sont mal orientés. Le PMI (indice des directeurs des achats) composite de la zone euro est passée de 48,1 en septembre à 47,1 en octobre. Tous les indicateurs sont inférieurs au niveau neutre de 50, ce qui témoigne d’une baisse du niveau d’activité des entreprises.

La FED lutte fermement contre l’inflation

L’inflation américaine est d’une nature totalement différente de celle subie par l’Union européenne. Les États-Unis s’appuient, en effet, sur une économie florissante et un marché de l’emploi particulièrement dynamique. Au cours du troisième trimestre 2022, le PIB américain a grimpé de 2,6 %. Pour contrer une inflation toujours aussi soutenue (6,2% sur un an), le comité de politique monétaire de la Fed a procédé à une nouvelle hausse de ses taux directeurs de 0,75 point. Le taux directeur est désormais compris entre 3,75 % et 4 %.

La FED vient d'annoncer une nouvelle remontée de ses taux d'interet.
La FED poursuit sa politique de remontée des taux d'intérêt.

Durant sa conférence de presse, le président de la FED a ensuite douché les espoirs des investisseurs qui espéraient une pause dans sa politique de hausse des taux. Jay Powell a en effet précisé qu’il était aujourd’hui « très prématuré » d’envisager une inclinaison de sa politique monétaire. Selon lui, « il est nécessaire de poursuivre les hausses de taux. Nous avons encore du chemin à parcourir et nous le ferons ». Pour finir la conférence, Jérôme Powell a été interrogé sur la potentielle récession et les chances d’un atterrissage en douceur pour l’économie : « la situation de l’inflation est devenue de plus en plus difficile, la politique doit devenir plus restrictive, ce qui réduit la possibilité d’un atterrissage en douceur ». Le ton est donné !

Ces propos s’inscrivent, par ailleurs, dans un calendrier politique particulièrement chargé. Les élections de mi-mandat sont, en effet, prévues le 8 novembre. Et le président démocrate Joe Biden, en mauvaise posture, pourrait bien perdre sa faible majorité au Congrès.

USA : coup de froid chez les Gafam ?

GAFAM est l'acronyme des géants de la tech américaine — Google (Alphabet), Apple, Facebook (Meta), Amazon et Microsoft. Des sociétés qui jouent un rôle de moteur de l’économie US. Pourtant, depuis quelques mois, celles-ci montrent des signes de faiblesses, assez inattendus.

Alors qu’on les pensait à l’abri des tempêtes macroéconomiques et géopolitiques, les GAFAM souffrent d’un environnement particulièrement difficile. La hausse du coût des matières premières essentielles met, en effet, leurs marges opérationnelles sous pression.

Le géant du e-commerce Amazon vient ainsi de publier des résultats décevants. Son bénéfice d'exploitation a quasiment été divisé par deux par rapport au troisième trimestre 2021. Même son de cloche du côté d’Alphabet dont le résultat net est ressorti en dessous des attentes. Microsoft n’est pas non plus épargné. Les revenus du groupe ont connu leur plus faible progression depuis 5 ans. Mais que dire de Meta ? La firme dirigée par Mark Zuckerberg paye au prix fort sa stratégie très controversée d’investir massivement dans le métavers. Reality Labs, sa branche dédiée à cette activité, enregistre cette année des pertes de 9,44 milliards de dollars. Depuis le 1er janvier, le titre boursier a déjà perdu les deux tiers de sa valeur.

Dans cet environnement, seul le groupe Apple trouve grâce aux yeux des investisseurs. L'entreprise a, en effet, publié un chiffre d'affaires record de 90 milliards de dollars pour le quatrième trimestre fiscal, en hausse de 8 % par rapport au même trimestre de l'année précédente.

Royaume-Uni : Sunak In, Truss Out !

C’est un scénario que seuls les Anglais peuvent nous proposer. 44 jours après son arrivée au 10 Downing Street, la nouvelle première ministre britannique Liz Truss a déjà pris la porte !

Très affaiblie par un programme économique considéré comme intenable par les investisseurs, Liz Truss avait rapidement dû faire volteface en laissant son ministre des Finances Jeremy annoncer aux marchés l’annulation de presque toutes les baisses d’impôts promises. Mais le mal était fait. Lâchée par sa ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, et les députés de son propre camp, la Première ministre a dû se résoudre à démissionner, battant ainsi le record du mandat le plus court de l’histoire moderne du Royaume-Uni.

Désigné chef du Parti conservateur, Rishi Sunak remplace Liz Truss à la tête du gouvernement britannique. Ancien banquier et ministre des Finances, il devient ainsi, à 42 ans, le plus jeune premier ministre de l’histoire contemporaine du Royaume-Uni. Dès son arrivée au pouvoir, il s’est évertué à rassurer les investisseurs : « je place la stabilité et la confiance économique au cœur du programme de ce gouvernement. Cela signifie que des décisions difficiles devront être prises ». Pour rééquilibrer le budget britannique, il travaille d’ores et déjà sur une hausse des impôts de 50 milliards de livres et une baisse des dépenses publiques.

Son arrivée a donc été très bien accueillie par les marchés financiers. Sur le segment obligataire, les emprunts d’État britanniques à 10 ans se sont ainsi largement détendus, repassant sous la barre des 3,5 %, après avoir dépassé les 4,4 % au cœur de la tempête.

Les marchés financiers sanctionnent la dérive autoritaire chinoise

À l’autre bout du monde, le 20e Congrès du Parti communiste chinois vient de s’achever. Le président Xi Jinping a été élu pour un troisième mandat à la tête du Parti. Une réélection qui témoigne « de la rigidification du pouvoir et une volonté toujours plus affirmée d’administration autoritaire de l’économie. »

Dans son premier discours officiel, Xi Jinping a rappelé ses priorités pour les cinq ans à venir, avec notamment la poursuite des réformes et de l’ouverture de la Chine vers le monde extérieur, un engagement sur la réduction des émissions carbone avec pour objectif une neutralité en 2060 ou encore la poursuite de l’unification avec Taïwan.

Une politique sanctionnée très rapidement par les investisseurs. Les places boursières de HongKong (-6.1%) et de Shanghai (-2.9%) clôturé ainsi en forte baisse, dès le lendemain de ces annonces. Sur fond de nouvelles mesures de confinement, la croissance chinoise montre des signes de faiblesse, à 3,9 % pour le troisième trimestre. Sur l’ensemble de l’année, elle s’établira « officiellement » autour de 3,0 %, loin des 5 % attendus.

Les convictions de Scala patrimoine sur les marches financiers

Les fortes baisses depuis le début de l'année montrent que les mauvaises nouvelles sont déjà bien intégrées dans les valorisations boursières. Les points d'entrée pour des investissements de long terme nous paraissent donc intéressants, malgré la hausse récente des marchés actions.

4 thèmes d'investissements attirent ainsi particulièrement notre attention sur les marchés financiers :

- Les thématiques de long terme, en particulier l'environnement. Les états devant investir massivement au cours des prochaines années pour gagner leur indépendance énergétique.

- Dans une optique de diversification géographique et une vision à très long terme, les Marchés émergents présentent un certain intérêt. Les marchés chinois se traitent actuellement autour de leurs plus bas niveaux historiques en termes de valorisation.

- Les fonds sélectionnant des actions offrant aux investisseurs un haut niveau de dividendes. Un positionnement qui nous semble plus sécurisant dans un contexte économique incertain.

- L’inclinaison des politiques des banques centrales a changé la donne sur les marchés obligataires ! Ces derniers peuvent receler quelques opportunités, à condition d’être sélectifs.

Les produits structurés, la dette privée et le private equity offrent aussi des opportunités à condition d’être sélectif.

N’hésitez pas à nous solliciter si vous avez des questions. Nos équipes se tiennent à votre disposition pour vous conseiller au mieux dans la gestion de vos placements financiers.


Le groupe de presse Décideurs Magazine a classé Scala patrimoine comme un cabinet de gestion de patrimoine incontournable

Classement Décideurs Magazine : Scala patrimoine est « incontournable »

C’est un grand plaisir de vous annoncer que Scala Patrimoine est de nouveau classé « Incontournable » dans le guide des meilleurs cabinets de conseil en gestion de patrimoine 2022, réalisé par Décideurs Magazine.

Cette distinction, la plus haute possible, vient ainsi récompenser l’implication et le savoir-faire de toutes nos équipes.

Nous tenons, à ce titre, à remercier nos clients pour la confiance accordée depuis tant d’années.

Nous souhaitons aussi témoigner notre reconnaissance aux notaires, avocats, experts-comptables, gérants d'actifs, mandataires sportifs et établissements bancaires avec qui nous travaillons main dans la main pour offrir un conseil à haute valeur ajoutée à nos clients.

Comment le Magazine Décideurs réalise-t-il ses classements ?

Les équipes du Magazine Décideurs actualise chaque année le classement consacré aux meilleurs conseillers en gestion de patrimoine. Pour obtenir les informations les plus fiables possibles, leurs journalistes s’appuient sur :

- Les réponses à un questionnaire envoyé à tous les acteurs du marché, dans une approche à 360°.

- Les entretiens confidentiels au cours desquels les notaires, avocats et experts-comptables se confient sur la qualité de l’expertise des cabinets.

Ces informations leur permettent ensuite de réaliser un classement reposant sur cinq critères. La notoriété et la réputation du cabinet de gestion de patrimoine, d'une part. La taille et la séniorité de l’équipe et leur niveau de formation, d'autre part. Le nombre et la qualité des dossiers traités. Le prestige, la diversité et l'internationalisation de la clientèle. Et enfin la croissance de l’équipe et du chiffre d’affaires.

2022 : une année placée sous le signe de l’innovation !

Ce statut d’acteur « incontournable » de la gestion de patrimoine valorise le modèle « indépendant » de notre cabinet. Scala Patrimoine étant, en effet, l’un des seuls à être rémunéré en honoraires.

Cette récompense, délivrée par un média de premier plan, met également en lumière les nombreuses innovations initiées par le cabinet. Au cours des douze derniers mois, nous sommes ainsi très heureux d’avoir pu :

- Bousculer les codes en mettant en avant une autre façon de pratiquer le métier de conseiller patrimonial ;

- Accélérer le développement du cabinet, et notamment de ses nouveaux bureaux marseillais et genevois ;

- Renforcer l’expertise de notre département dédié à la philanthropie avec l’arrivée de l'ancienne avocate Sarah Menoud ;

- Initier une série de podcasts dans lesquels nous mettons en avant une génération d’entrepreneurs activistes et innovants qui ont fait le choix d’un modèle d’entreprise plus durable, susceptible de faire bouger les lignes ;

- Créer le Club des entrepreneurs engagés, le mouvement de ceux qui souhaitent décupler leur impact au-delà de leur projet entrepreneurial ;

- Lancer, en partenariat avec Ecofi, Scala Conviction environnement, un fonds ISR, solidaire et de partage positionné sur la thématique de la transition Climatique ;

- Organiser la deuxième édition du Prix de la Finance Verte pour récompenser la société de gestion la plus impliquée sur les questions climatiques et environnementales ;

- Obtenir un prix lors des « Choix de la Rencontre Occur » dans la catégorie « Conseil en gestion de patrimoine ».

La réaction de Guillaume Lucchini, fondateur de Scala Patrimoine

« C’est une très belle reconnaissance d’être référencé comme un acteur « incontournable » du conseil en gestion de patrimoine. Une distinction d'autant plus valorisante qu'elle est délivrée par des professionnels reconnus du chiffre et du droit. Elle valide également la thèse du cabinet selon laquelle un conseil patrimonial n’a d’intérêt que s’il est donné de façon totalement impartiale et dans le cadre d’un accompagnement à 360°, intégrant ainsi l’ensemble des enjeux juridiques, fiscaux, immobiliers et financiers.

Ce prix nous donne également l’occasion de mettre en lumière la nécessité, pour les professionnels de la gestion de patrimoine, d’œuvrer en faveur d’une finance plus responsable et plus durable. C’est en ce sens que nous avons organisé la deuxième édition du Prix de la Finance Verte et lancé un fonds dédié à la transition climatique. Une dynamique qui s’est aussi traduite sur le volet philanthropique avec l’accompagnement de nombreux « philantrepreneurs » et fondations dans leurs actions philanthropiques et/ou dans la redéfinition de leur stratégie d’investissement, avec l’ambition d’allier performance financière et impact sociétal »

Fidèles à notre ADN créatif, l'année 2023 s’annonce également pleines de (bonnes) surprises et de nouveautés. Restez connectés !